Mes écrits

Aime-toi, la vie t'aimera "extrait du livre..."

Catherine Bensaïd est psychiatre et psychothérapeute.

 

A l'écoute des mots qui nomment la souffrance, Catherine Bensaïd nous permet de repérer notre douleur, de la nommer et d'en découvrir l'origine. Elle nous aide à ne pas répéter éternellement ces comportements qui en disent de trop et à nous guérir de mots et de maux qui interdisent l'accès au plaisir.

 

L'Autre est un choix et non la satisfaction pour combler un vide...

En refusant d'être celle ou celui que nos relations aimeraient que l'on soit nous faisons un grand pas vers la liberté. Nous ne craignons plus d'être amenés à répéter.

 

 

 

 

Comment serait-il possible d'avoir cette liberté d'aimer et d'être aimé sans avoir à souffrir d'une certaine dépendance "inconsciente" ?

Que croit-on de perdre de si précieux en se donnant le droit de vivre et d'être ?

Quels sont ces interdits, ces enjeux qui nous maintiennnent dans l'incohérence "culpabilité et perte de soi..." ?

Où se diriger dans cet univers flou d'une réalité transformée par le regard des autres ?

Faut-il pour exister être l'objet affame,  enchaîné d'un destin passif ?

On s'enferme peu à peu, dans une logique d'échec, une boucle sans fin, où toute évolution ouverte à l'infini se voit être refusée, où sentiment d'insatisfaction rend impossible la moindre prise de décision. Cette force destructrice "cette loi du tout et rien" nous maintient dans un état de dépendance, dans un degré d'évolution moindre quant à la cohérence de cette souffrance qui progresse en soi.

Le "Je" toutefois, doit être suffisamment intact pour faire face à toutes hostilités venant l'assaillir.

 

Est-il quelque transformation que ce soit qui ne passe pas par une profonde remise en question de ce qui constitue notre mode de fonctionnement, nos antécédents ?

La résolution de ce mal être pour le dépasser repose sur les efforts quant à la compréhension de celui-ci, le courage.

Faut-il toujours attendre que notre corps, par les douleurs qui sont les siennes nous fasse découvrir notre incapacité à supporter plus longtemps une situation et nous oblige à réagir en conséquence ?

Le type de relation que nous entretenons n'est guère facile à s'en séparer tant nous en sommes imprégnés, conditionnés.

 

 

Dans cette quête d'un tout autre bonheur, en éliminant les couches superficielles qui étouffent notre liberté, nous réactivons notre soif d'action. Chacun de nos actes concentrés et attentifs nous mènent vers une connaissance plus approfondie de nous-mêmes dans le sens d'un mieux être, d'un mieux faire...

01-07-2015

Retour aux articles d'Elisabeth