Mes écrits

La relation d'emprise...

Soraya Laouadi...Psychanalyste

 

"Le sentiment de notre existence, dépend pour une bonne part du regard que les autres portes sur Nous. Aussi peut-on qualifier de non humain l'expérience de qui, a vécu des jours où l'homme a été un objet aux yeux de l'homme..."

 

Cette citation de Primo Levi démontre en quelques mots que l'emprise est un procédé de domination sur l'individu voire même de maltraitance...

 

 

 

 

Dans la relation d'emprise, il s'agit toujours d'une atteinte portée à l'autre en tant que sujet désirant, qui comme tel,  est caractérisé par sa singularité, sa spécificité propre. Ainsi ce qui est visé, c'est toujours le désir de l'autre dans la mesure où il est foncièrement étranger, échappant de par nature à toute saisie possible.

 

L'emprise traduit donc une tendance à la neutralisation du désir d'autrui, c'est-à-dire à la réduction de toute altérité, de toute différence, à l'abolition de toute spécificité. La visée étant de ramener l'autre à la fonction et au statut d'objet entièrement assimilable. Un désir de modeler et de rendre l'autre conforme à ses besoins, niant totalement sa personne, ses valeurs afin de le faire devenir comme il doit-être...exercer une violence insidieuse sur le psychisme de l'individu. Le rendre étranger à lui-même, le paralyser, l'empêcher de penser afin qu'il ne prenne nullement conscience de ce processus.

Cet assujettissement permet d'éviter d'entrer en relation avec cet autre dont la différence terrifie.

De son côté, la personne sous emprise maintient son enfermement pour se protéger de la douleur nivée, annulée. Elle se piège dans cette double contrainte, prisonnière d'un état de dépendance et d'impuissance à s''en défaire. C'est en d'autres termes un double lien.

Dans ce modèle faussé où règnent la soumission, la domination..."jouissance que l'autre en retire" la confusion, l'arbitraire et l'illusion, la personne sous emprise aura tendance à imputer son état émotionnel à la réalité sociale, familiale ou à son environnement de travail.

 

L'emprise est établie sur un système non repéré. Le plus souvent les personnes sous emprise n'en n'ont pas conscience, mais elles peuvent sentir un profond malaise très invalidant qui  les poussent à souhaiter se libérer de leur carcan. Imputer l'emprise dans laquelle la personne a été enfermée uniquement à une cause extérieure consiste à banaliser la souffrance et éluder sa propre responsabilité concernant une participation, le plus souvent inconsciente, à ce type de lien.

De même, la recherche d'une seule cause à ses maux est une façon de perpétuer l'emprise intériorisée, puisqu'elle nie la question du sujet humain...

 

 

 

 

01-07-2015

Retour aux articles d'Elisabeth