Mes écrits

Etre dans l'empathie...

Etre dans le ressenti, dans un partage où la confiance de l'autre avec ses insuffisances nous est accordée, procure de part et d'autre assurance et soutien dans la confusion qui,  à elle seule, encombre le monde de la pensée...

Etre à l'écoute de l'autre, de ses attitudes, ses dires où l'imprévu mal vécu "de part sa nature qu'elle suscite" restreint toute marge de manoeuvre, de liberté, repose sur un engagement...

Etre présent dans une relation, dissipe angoisses et tourments. Une aventure à Deux, dans une approche cohérente et bienveillante, où l'acte devient courage...

Etre dans l'empathie !

C'est vivre ses valeurs...

C'est découvrir une correspondance avec Autrui qui entre en résonance dans cet espace intérieur où tout se joue et se rejoue...

C'est parvenir à établir une communication dans la relation basée sur le respect, la loyauté, la sincérité. Force est de constater que dans le registre de la compassion-la compréhension, priver et déshonorer autrui, dans ce qu'il détient de plus précieux, ce bien réel, cette différence, implique une méconnaissance de droits accordés à l'essence même "identité"  de l'esprit humain.

Prétendre que l'empathie est signe de faiblesse, c'est crier haut et fort sa détresse.

 

Serge Tisseron-Psychanalyste, cite !

"Chez l'homme...le principal obstacle à l'empathie complète, c'est à dire dans son double aspect cognitif et relationnel, réside dans son formidable désir de mainmise sur son environnement et dans l'angoisse qui en résulte par peur d'être envahi et manipulé par les émotions d'autrui...".

 

 

 

Une grande part de Nous, cet espace, cet atout, permet d'attribuer à l'Autre, une place digne d'intérêt. Imager avec Autrui le besoin de sa requête, n'est autre qu'une façon d'être dans ce mouvement, que reflète cette particularité qu'est l'empathie.

L'empathie est une capacité d'accueille. Elle se construit dans le plus grand des secrets en fonction d'une capacité innée à l'identifier.

Centrée à elle seule sur la communication, elle participe à l'observation. Au sein d'une relation, elle nous enseigne la compassion qui témoigne lors d'un échange, de ce bien inné. Dans cette dynamique, nous n'élaborons pas un projet de ce vers quoi...le quant à soi, se doit de respecter, nous sommes tournés "simplement" à nouer une relation afin de dénouer "ensemble" le poids qui fait effroi.

Comme lecture des émotions, elle nous embarque dans une ouverture au service d'une vérité "compassion-compréhension-attention", oeuvrer sur une véritable résonance émotionnelle et non sous des formes subtiles de manipulation, bavardage mental.

Elle reste un processus qui s'installe dans la durée où son développement ne s'inscrit pas dans une démonstration stérile voire muette mais dans un climat de confiance où règne une communication équilibrée. Une atmosphère particulière "intelligente-bienveillante" d'où une certaine prudence voire transparence nécessaire, pour ne pas se laisser envahir par les maux d'Autrui.

Le respect de l'autre passe également par le respect de soi !

 

 

 

 

 

Un mince filet d'attention dans une relation...libre de toute identification, de toute attente voire de projection...c'est réaliser qu'au bord du précipice, il est finalement possible d'apprécier ce qui se dit...d'observer avec plus de véracité ce qui se vit...

Ce n'est plus le vide qui s'étend, ce n'est plus le manque qui s'accroît mais une compréhension "autre" qui soulage de bien des tourments...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'honneur, c'est la conscience extérieure et la conscience, c'est l'honneur intérieur...

Arthur SCHOPENHAUER

07-11-2014

Retour aux articles d'Elisabeth