Mes écrits

De chair et d'âme "extrait du livre..."

L'enveloppe sensorielle !

Boris Cyrulnik est neuropsychiatre. Il est aussi directeur d'enseignement à l'université de Toulon. Il est l'auteur de nombreux ouvrages qui ont tous été d'immenses succès, notamment...Un merveilleux malheur...Les Vilains Petits Canards...Parler d'amour au bord du gouffre...

 

 

 

L'empathie a d'abord désigné un processus de projection des sentiments humains sur le monde matériel avant qu'un philosophe n'étende sa signification à la connaissance d'Autrui...

 

 

L'empreinte affective a inscrit dans notre mémoire le goût que l'on donne au monde. Quand notre enveloppe affective nous a sécurisé lors des interactions précoces, le goût du monde est léger, agréable et parfumé. C'est donc une enveloppe sensorielle partagée, qui s'amorce dans un processus de complicité, bienveillant. Une enveloppe commune où chacun s'intéresse à l'autre et joue à se découvrir. On peut donc considérer que le point de départ du processus empathique est déclenché par le phénomène des neurones-miroirs. Nos neurones-miroirs entrent en résonance avec les gestes de l'autre qui nous touche.

L'empathie cette aptitude émotionnelle, n'est pas seulement une opération intellectuelle, elle mue et se développe progressivement lors de transactions incessantes à l'âge précoce. Quand il n'y a pas eu de différenciation entre soi et l'autre, parce qu'il n'y a pas d'autre, parce que le sujet est fusionnel, il n'y a pas de place pour l'empathie.

Son développement empêché centre le sujet sur lui-même ou au contraire le décentre vers l'autre comme une hémorragie narcissique.

Quand l'autre est trop loin de notre centre ou quand il appartient à un groupe différent qui ne nous touche pas on ne peut établir de compassion. Ce qui prête à dire que certains humains au lieu d'accompagner le malheur s'attarde à s'en amuser, à s'en jouir voir les mépriser. Le processus de projection devient alors inévitable et peut-être même adaptif dans un désert affectif.

L'empathie qui mène au souci de l'autre peut prendre des formes différentes...

Dans la compassion empathique, on peut entendre les maux d'Autrui, partager les mots et se focaliser sur une écoute bienveillante. Le simple fait de s'attarder un cours instant sur le parcours de vie d'Autrui et d'être dans l'empathie, nous engage dans un travail de décentrement de soi. Se représenter dans notre monde psychique l'expression de la souffrance de l'un, provoque,  la réaction empathique de soi.

Une rencontre intéressante se produit et prend des directions variées...

 


07-11-2014

Retour aux articles d'Elisabeth