Mes écrits

Relation d'aide et amour de soi "extrait du livre..."

 

 

Colette PORTELANCE...Titulaire d'une maîtrise à l'Université de Montréal et d'un doctorat de l'Université de Paris, est la co-fondatrice du Centre de Relation d'Aide de Montréal.

Psychothérapeute chevronnée, conférencière internationale, elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de la psychologie, la psychothérapie, approche révolutionnaire pratique et créatrice.

 

 

Le besoin de liberté dans la relation affective est tellement important chez l'être humain que l'on se sert de l'emprisonnement comme un moyen de "punir" ceux qui ont abusé de leur liberté. Combien d'êtres humains sont prisonniers de normes, de conventions, de croyances, de principes voir même de relations ?

La vraie liberté est beaucoup plus intérieure qu'extérieure. Lorsque l'homme perd son pouvoir sur la vie, il perd du même coup ses possibilités d'exploiter, d'explorer sa liberté entraînant une souffrance intense "quelque qu'elle soit" car la lumière ne peut voir le jour.

Tant que notre passé régit notre vie, on reproduit à l'infini ce qui n'a jamais été compris...

 

L'apprentissage de la liberté ne se fait pas facilement lorsqu'on vit dans un monde de manipulation, de dépendance, de carence, de soumission et d'irresponsabilité. Je crois que le besoin de liberté est un des plus difficiles à satisfaire parce qu'il est lié au besoin d'amour, de reconnaissance et d'affirmation.

Pour ne pas perdre l'amour "quelque qu'il soit" et la reconnaissance des autres, l'homme sacrifie souvent sa liberté. Mais il ne sait pas que l'amour a besoin d'air et qu'en sacrifiant la liberté on sacrifie du même coup les joies profondes du véritable attachement et de la reconnaissance de Soi.

Que se passe-t-il alors lorsque ces formes de croyances intérieures anéantissent l'être tout entier ?

Les évènements choisissent et décident à notre place, nous devenons ainsi des marionnettes entre les doigts de ce que nous appelons les circonstances de la Vie. Nous vivons dans la peur, la frustration, le mépris, la colère, la plainte et le retrait en quelque sorte, l'incapacité à se soustraire d'un schéma d'antan voire la passivité car nous mettons notre vie entière entre les mains des autres, du sort ou de prétendues forces extérieures.

 

 

 

Il n'y a donc pas de liberté sans responsabilité !

C'est une démarche essentielle à l'exploitation des différences individuelles et des potentialités créatrices...

C'est également une démarche indissociable de la satisfaction des autres beoins fondamentaux...

26-06-2014

Retour aux articles d'Elisabeth