Mes écrits

L'emprise affective "extrait du livre..."

 

 

Sortir de sa prison !

Saverio TOMASELLA-Barbara Ann HUBERT...Psychanalystes et membres de l'Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok.

 

 

L'emprise affective peut prendre diverses formes, et se retrouve dans chaque type de relation : professionnelle, familiale, amicale, amoureuse...

Tout attachement peut receler un besoin, parfois inconscient de dominer l'autre ou de s'y soumettre. Si chaque lien est potentiellement une prison, pour autrui et soi-même, comment, alors, prendre conscience de l'emprise et nous en affranchir ?

A partir de témoignages vécus, l'auteur propose des issues aux victimes pour qu'elles retrouvent leur liberté. Pour ce faire, il fournit des pistes pour "se libérer du regard d'autrui, de la tendance à se sacrifier ou encore pour regarder la réalité en face".

 

 

 

Emprise...Le mote fascine autant qu'il inquiète. Il est en écho avec prison et emprisonnement "parfois inconsciemment". Il évoque une situation de danger, un manque de repères, un enfermement et par conséquent la perte de l'indépendance. L'aliénation psychique sur la pensée et la liberté équivaut à une perte d'identité. Moins directe et plus raffinée que la pratique de l'arbitraire, la manipulation "propagande invisible" est un autre moyen de domination et de destruction. Elle consiste à obtenir de l'autre un comportement ou une action qu'il n'aurait pas choisi de lui-même, sans avoir à le demander explicitement, sans exprimer un motivation claire, mais en passant par le biais d'une pression implicite.

Si certains systèmes d'emprise sont rapidement visibles en prêtant une attention qui va au-delà des apparences, d'autres plus insidieux et plus complexes requièrent de beaucoup de persévérance, de cohérence et d'intuition pour les repérer. Les sources de telle ou telle forme d'emprise sont nombreuses, elles concernent les croyances, les préjugés, le monde et l'humain selon des idées bien conçues où la spécificité de chaque individu est ici battue en brèche, voire occultée ou niée. On note toutefois une communication paradoxale qui justapose des exigences incompatibles entre elles.

A la domination et la manipulation qui tissent les relations d'emprise, s'ajoutent les nombreuses formes de complicité, actives ou passives, conscientes ou non, qui ne manquent pas de favoriser ou de faciliter ces relations néfastes.

La marque de l'emprise "constant rapport de force" se révèle par un sentiment de malaise diffus et pourtant profond. L'emprise est une main basse sur l'esprit parce qu'elle se nourrit de mensonges sur la vie, sur le monde, sur l'humain et sur la relation. L'emprise est une méprise intentionnelle organisée qui donne du pouvoir et donc dans un rapport de domination, de mépris, de jalousie, de manipulation.

Une emprise prolongée est dévastatrice si elle est construite comme un faisceau de domination multiple. Une telle emprise fait le vide et désertifie, elle déshumanise l'autre non seulement en le dégradant mais surtout en niant son âme, son être profond. L'accès à la réalité est barré.

Si emprise rime avec méprise, elle rime aussi avec mépris, qui en est la forme extérieure. Le mensonge sur la réalité humaine et le dédain de l'autre humain sont en fait des manifestations de la haine, cette force invisible de dé-subjectivation. La haine prive l'autre de son identité d'humain autant que sa spécificité d'être singulier et unique. Elle vise à la priver de sa capacité de penser en l'embrouillant pour l'abrutir.

Il est impossible de réduire l'autre à un pur fantasme "à une pure idée irréelle..." à moins de le haïr. Réciproquement, il est impossible de haïr un autre humain à moins d'en faire un fantasme, c'est-à-dire de le réduire à une idée abstraite et irréelle. Ainsi, celui qui veut le pouvoir sur autrui choisit d'être dans la haine.

Vouloir obtenir quelque chose d'autrui, vouloir le convaincre, vouloir l'inciter à penser ou à agir selon nos voeux est une forme de manipulation voire domination et un début d'emprise. Que la haine soit explosive, latente ou manifeste, elle induit un certain type de rapport à autrui. L'autre est utilisé selon son bon vouloir. Cette situation est accompagnée de déconsidération et de mépris mais également de malveillance, malhonnêteté, mensonges qui sont les signes de nombreux dénis de la réalité.

 

 

"L'emprise est mensonge par excellence, car aucun individu ne trouve ni la joie, ni la paix dans ces conditions dégradées de l'existence...                                Carole LABEDAN...".

26-06-2014

Retour aux articles d'Elisabeth