Mes écrits

Exister "extrait du livre..."

Le plus intime et fragile des sentiments !

Robert NEUBURGER, Psychiatre-Psychanalyste, exerce à Paris et en Suisse.

Il est notamment l'auteur de l'Art de culpabiliser et du best-seller "On arrête ?...on continue-Faire son bilan de couple..."

 

 

A l'origine la passion signifiait que l'âme se laissait dominer par le corps...

La passion est donc une façon active d'accepter de se laisser envahir par des sentiments passionnels. La passion, elle, dévorante, exclusive, unique, intemporelle, tout simplement parce que l'on n'a pas une passion, on est sa passion, on n'aime pas l'objet, on est l'objet ou dans l'objet, l'objet est en nous.

La passion nous conduit à vouloir faire un avec l'objet, le passionné est l'objet et l'objet est le passionné. C'est une incorporation dans le corps de l'autre.

Pour Roland BARTHES "la passion amoureuse est un délire..." !

Entrer en passion, c'est entrer dans l'aveuglement, renoncer à la maîtrise de soi, au choix, comme s'il s'agissait d'un mécanisme vital et hors du temps au sens vrai du mot, on y tient et on fait tout pour le préserver, mais toute passion est dévoratrice, possessive et excessive. Voilà pourquoi la passion se dit être de nature malheureuse.

On peut tenter d'éviter cette passion "dé-passion" par différents moyens, en changeant d'objet "donjuanisme" en sublimant voire en agressant l'objet s'il se montre récalcitrant, en délirant pour préserver le rêve d'objet "jalousie, monomanie...". Dans la plupart des cas, on se retrouve face à une sensation douloureuse de perte, de vide, vide en soi.

On peut également penser que le risque en vaut la peine "car non connu" de cet état qui met des étoiles dans le regard, qui rend inaccessible, qui place hors du monde, hors du temps. C'est comme voir le monde pour la première fois, c'est la découverte de la possibilité d'exister dans le regard de l'autre, c'est le rêve vécu mais ce rêve qui ne reste qu'un rêve peut devenir un véritable cauchemard.

 

Chacun aspire à vivre une relation passionnelle mais la crainte se fait entendre car l'on sait d'ors et déjà et cela inconsciemment qu'elle ne sera qu'à la fois passagère, unique voir symbolique.

Laissons le mot de la fin à Stefan ZWEIG...

 

"Seuls peut-être des gens absolument étrangers à la passion connaissent en des moments tout à fait exceptionnels, ces explosions soudaines d'une passion semblable à une avalanche ou à un ouragan. Alors, des annéées entières de forces non utilisées se précipitent et roulent dans les profondeurs..."

17-02-2014

Retour aux articles d'Elisabeth