Mes écrits

La répétition amoureuse "sortir de l'échec..."

"Extrait du livre de Maryse Vaillant, psychologue-clinicienne et Sophie Carquain, journaliste spécialisée, psycho-société. A partir de témoignages, de femmes et d'hommes ayant traversé des crises affectives sérieuses, recueillis par Sophie Carquain, Maryse Vaillant identifie et analyse la mécanique subtile du désir et des signes avant coureurs de la défaite. Si l'amour est le lieu de répétition, faire un pas de côté peut permettre d'aller de l'avant...".

 

 

Est-ce à dire que tout Amour est condamné aux répétitions négatives ?

 

Certainement pas. Ce serait réduire le paradoxe à un malentendu. Car si l'Amour aime le recommencement, tous ne mène pas à la réédition d'un échec annoncé. Il est des pas de côté qui permettent de quitter l'emprise du passé et peuvent conduire à la liberté d'aimer.

Comme dans beaucoup d'histoires d'Amour ratées, il n'est pas nécessaire de gratter beaucoup pour voir apparaître l'attachement premier à la mère et ses vicissitudes. Autrement dit de la représentation imaginaire que l'enfant s'en est faite et de la relation qui s'est nouée et développée avec elle. C'est le lien à cette mère-là, fantasmatique, inconsciente, refoulée, omniprésente, qui grippe, qui grince et fait dévier bien des rencontres.

L'Amour par elle donné ou pas, la relation qui s'est nouée va orienter profondément toutes relations avec le temps. D'une manière plus discrète et souvent invisible, l'Amour de la mère, son attention, ses soins pourront être recherchés ou prodigués dans le projet de construire, de reconstruire voir même de prolonger la relation qui fit souffrir et qui continue de manquer.

L'Amour manqué ne saurait nous apporter l'Amour...

Cette illusion de celui ou celle qui soutient l'intensité de certaines attentes laisse place aux répétitions, aux transferts identiques à ceux d'hier. Lorsque l'Amour espéré mène inévitablement à l'Amour déçu "dépendance, manipulation, relations toxiques, fusion-confusion" aussi bien au niveau quantitatif "avoir tout de l'autre" qu'au niveau qualitatif "être tout pour l'autre", la quête illustrée incarne l'amour imaginaire.

Dans ce scénario, l'avoir n'étant pas comblé, la relation amoureuse fait régresser ou reculer dans l'échelle du temps. L'Amour est sorcier, il ne guérit jamais durablement, en tout cas, jamais celui qui attend ses soins pour réparer les blessures du passé ou espérer y trouver son dû. En amour savoir ne donne aucun pouvoir.

Savoir que le surgissement de l'Amour et ses recommencements prennent racine dans le tréfonds de l'histoire culturelle, familiale et infantile ne garantit jamais ni de rien contrôler, ni de ne rien en retenir. La lucidité ne suffit pas toujours pour parvenir à se passer de la confirmation du bien fondé des messages négaitfs du passé. En revanche en prendre la mesure peut permettre de s'en affranchir "ce passé" voire le dépasser. Au plus profond de soi, la petite révolution qui s'opère donne suffisamment de force pour s'écarter d'un chemin douloureux.

 

 

 

Faire place à la surprise de l'Amour pour reprendre le mot de Marivaux "écrivain français 1688-1763"

17-02-2014

Retour aux articles d'Elisabeth