Mes écrits

La Dette...

L'agir souverain de la dette, secret d'une vérité refoulée, réitère le manuscrit sans nom...

 

 

Le désir d'aimer et d'être aimé, non pas comme fantasme inconscient "posséder" qui nécessite de recréer une production en chaîne d'angoisses ou d'émotions négatives sur le plan de la matière et de la dualité, témoigne d'une longue traversée. Cette capacité à Etre, l'appel profond de l'Amour, s'intègre dans une orientation productive, autrement dit dans une dynamique où l'autre se positionne en tant qu'être différent.

La qualité de la relation où l'Amour s'éprouve et se vit en harmonie relate de la continuité "sans dette à épurer" qu'est la réciprocité de l'immuable semblable.

Dans un tout autre registre...

La dette inconsciente "quelle qu'elle soit" dette qui résulte de maux à déchiffrer, dette qui ne cesse d'honorer le choix premier "lien" dette d'une histoire qui se répète sous une forme différente, mais Oh combien enivrante, épuisante voire similaire à celle d'hier, n'est autre que le résultat de schéma continuant à vivre dans la représentation identificatoire qui incarne la dualité.

Quant à la réflexion, d'une compréhension qui se joue entre le dedans et le dehors au niveau des relations manquées voire non souhaitées, une dite reconnaissance à assurer de cette souffrance intérieure chargée d'une intense vérité, se doit d'être affinée. La frontière, cette voie incontournable des répétitions servira de porte d'entrée et de sortie.

 

La dette "inconsciemment" cherchant en vain à s'opposer à la répétition, car semée d'embûches, consent "consciemment" à l'avance de la reproduire car nécessaire à l'identification. L'insuffisance à harmoniser les opposés, bien que complémentaire, multiplie résurgence de paradoxes et conflits.

En se libérant de ce noeud fragilisant qui incombe le devenir, qui pâlit la véritable rencontre désirée, qui dénote d'émois refoulés "quels qu'ils soient" empêchant le "je" du Moi, de respirer, de s'émouvoir, on se défait du chaos qui interfère dans son désir d'Etre, de définir, de ressentir...

 

 

L'Amour réel, magique, poétique où tout devient musique et qui s'entend dans la découverte du Bonheur est une ouverture au Monde car il développe cette capacité à Etre et nous affranchit des automatismes du passé.

 

 

 

"Une vie qui ne s'interroge pas sur soi-même n'est pas digne d'être vécue par un homme..."

PLATON

17-02-2014

Retour aux articles d'Elisabeth