Mes écrits

Les amours impossibles...

"Accepter d'aimer et d'être aimé... Extrait du livre de Saverio TOSMASELLA, psychanalyste, membre de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse et de l'Association Européenne Nicolas ABRAHAM et Maria TOROK..."

 

 

Chacun ne peut accéder à la réalité de l'Amour que s'il se sent réellement exister en tant que personne...

 

 

Les expériences que nous vivons, nous pouvons les traverser et les mémoriser de façon uniquement sensorielle, émotionnelle et affective. Ainsi nos amours restent improbables tant que nous ne nous autorisons pas à suspendre le temps impérieux des horloges, tant que nous n'acceptons pas de quitter la maîtrise que nous donne l'extériorité pour nous risquer à accepter de partager la fragilité de notre intériorité avec son temps suspendu et ses clairs obscurs. L'amour n'est possible que si nous passons de l'estime à l'intime, du général au particulier, de la dualité à la complexité voir ensuite complicité, de la perfection à l'imperfection.

Cette éclairage apporte une nouvelle clé à notre recherche sur l'impossible rencontre.

 

Pour sortir de la répétion des rencontres manquées, l'individu  a besoin de repartir de là où il s'est arrêté dans le temps, lors des épreuves qui l'ont marqué, souvent au point de le pousser à faire des fausses déclarations sur l'amour. Ces erreurs d'appréciations ont d'ailleurs bien souvent induit des idées bancales et biaisées sur l'existence, sur la relation, sur les sentiments. Préférant croire à ces conceptions erronées, il a rendu pour lui-même, l'amour impossible.

Souvent sans le vouloir, nous nous construisons des prisons invisibles, prisons relationnelles ou même des prisons intérieures "nos croyances sur la vie, le monde, l'autre, la relation, l'amour...". Les marques laissées par des expériences douloureuses, d'antan ou passé, dont certaines sont parfois traumatiques sont des blessures en soi qui demandent du temps pour être pansées, un investissemnt pour être pensées, clarifiées et être cicatrisées.

D'une façon ou d'une autre, nos prisons psychiques nous empêchent d'aimer tant que nous n'avons pas pris conscience de ce qui nous bride et nous enferme.

Aussi n'y-a-t-il pas de fatalité. Chacun crée son destin et engendre ses malheurs donc aussi son bonheur. Quand le passé est dépassé, les moments douloureux de l'histoire de l'individu sont de simples informations qui ne le concernent plus, ni aujourd'hui, ni dans son devenir. L'existence n'est plus une répétition aveugle en vase clos, mais un parcours initiatique, un grand voyage sur la Vie, sur le Monde, sur lui-même autant que sur les autres. L'amour est partage et réciprocité, il s'agit d'accepter à la fois, d'aimer et d'être aimé.

Pour qu'une rencontre amoureuse puisse réellement avoir lieu et non vouée à l'échec, il est nécessaire qu'il y ait contact avec l'autre et non avec les situations, les mises en scène ou les apparences qui servent à acheter le fantasme, car à l'inverse du désir, l'envie provoque une anxiété et donc une frustration intolérable, un vide insupportable, angoisse et peur de ne pas avoir...

 

 

 

Devenir libre d'aimer est un long chemin. Une fois que nous parvenons à nous libérer de nos entraves intérieures, la rencontre vivante, frémissante, exaltante avec l'autre peut avoir lieu, prendre place et se déployer.

Ainsi l'Amour n'est possible que si nous en souhaitons le désir, que si nous lui créons un espace, que si nous lui accordons une vraie place pour qu'il puisse se développer et se déployer.

Laisser une fenêtre grande ouverte sur l'inconnu n'est plus inconcevable, accueillir l'imprévu n'est plus aussi angoissant...

08-12-2013

Retour aux articles d'Elisabeth