Mes écrits

EN L'ABSENCE D'EGO...

 

Notre Monde est centré sur des valeurs de profits et certains seuils de tolérance sont parfois franchis...

De nombreux évènements refoulés ou vécus pendant l'enfance, génèrent des souffrances à la fois en sourdine "inconsciemment" mais également au seuil de la conscience. Enfermement et aveuglement occasionnent inévitablement de la douleur. Face à cet océan d'incertitude où la lumière n'a guère de place pour se positionner, l'homme va se constituer des ilots de sécurité pour se détourner de ces interminables bavardages intérieurs "peur, manque et vide à combler" en empruntant une voie condescendante "gravir, être admiré, être honoré, être aimé, exploiter, disposer, être absorbé par des comportements hautains...".

Pour se définir, il s'appuiera sur une succession d'expériences, d'identifications à des états intérieurs qui vont le conditionner en s'assurant d'obéir à un système de valeurs où le sens des nuances interdit l'incohérence. Murs et remparts sont bétonnés, l'existence se chargera de forger une personnalité au coeur fermé vers laquelle prône l'ego, garant de toute une vie mais en tout temps de tiraillements inédits.

Toutes représentations se construisent sur le passé et l'image du futur n'est qu'image du passé. En refusant de laisser la moindre possibilité à nos ombres de se dévoiler, nous souffrons bien plus que si nous prenions le risque de les regarder, de les considérer. Là est le coeur de la plus haute vérité.

 

Lorsque l'homme s'abandonne en toute conscience si ce n'est un temps soit peu sur ce jeu du "je" sur ses pensées qui l'incitent à s'agiter pour détenir ou posséder, il s'adonne à cette découverte de son Oeuvre qui fait écho, le produit d'un esprit résolument tourné vers soi, sous l'emprise de son ego. Le vrai "Moi" n'est pas séparé des Autres, il se maintient dans une intelligence de compassion dans l'intensité du moment, d'empathie, sans jugement ou réactivité, c'est la condition indispensable à la pérennité de ce qui est humain dans l'homme. La paix, la joie, la satisfaction, le contentement ne sont plus attribués au monde intérieur mais à la conscience toute entière. Du point de vue de la dualité, l'ego est donc une illusion et l'illusion produit immanquablement son fruit empoisonné.

 

En retrouvant cette communication avec soi-même qui implique au niveau inconscient de ressentir le point acquis jusque là comme insuffisant, l'homme va s'acquitter d'une dette qui le façonne à Etre et suggérer comme utile de distinguer entre pensée/Moi et conscience/Nous.

La compréhension de ce que nous vivons, de ce que nous projetons a pour vocation d'apaiser toutes blessures du "Moi" illusion de sécurité-satisfaction-répétition-identification-projection, mais également de nous éveiller à cette diversité qu'est l'expérience sensorielle dans une opportunité de découverte de Soi.

 

 

 

"Il y a deux façons de se tromper, l'une est de croire ce qui n'est pas

l'autre de refuser de croire ce qui est..."

 

Sören KIERKEGAARD

12-02-2013

Retour aux articles d'Elisabeth