Mes écrits

DU DESIR à L'AMOUR

"Le Bonheur n'est autre qu'un rapport à Soi et le Monde extérieur qui ne peut coexister que dans l'intimité de cette capacité à Etre..."

 

Le Bonheur ne peut pas respirer dans l'étroitesse de la morosité, la négativité, la cupidité, la répétition-identification, la projection qui relate d'un isolement intérieur entraînant l'Etre dans les profondeurs.  Il a besoin d'une marge de liberté, de vérité pour croître et accroître son champ d'énergie qui obéit à la loi de l'attraction naturelle qu'est l'Amour.

Le Bonheur n'est pas un objet qui au contact de soi procure ce frémissement qu'est la joie car le résultat n'est qu'éphémère, temporaire. La joie devient satisfaction de l'acquisition de l'objet du désir mais dans sa course folle, le piège se referme et le bonheur dégringole. Vouloir posséder tel ou tel objet alimente le moulin des non-dits, frustrations et mépris et c'est justement sur cette idée fondamentale que repose la conception tragique de la Vie.

Tant qu'il y a sujet et objet, nous subissons l'influence de représentations construites sur des schémas répétitifs et compulsifs "amour-passion, désir de plaire, désir d'être aimé ou d'aimer..." qui incarnent la toute puissance de l'ego et donc cet élan simple, ce désir de tendresse partagé entre le coeur et l'esprit ne peut entrer en résonnance avec Autrui.

Dans la maison de l'Amour et relié par des stratégies inconscientes qui nous dépassent, tout se joue "domination, séduction rapport de force, dépendance, possessivité, choix inconscients" pour ne pas avoir à subir, carence, vide et manque à combler.

Le Bonheur est dans l'instant, présent dans le mouvement des évènements. Si ce n'est un temps soit peu, il se rapproche du "je" d'un commun accord sans le jeu d'un Autre, autre que Soi.

 

Prendre conscience de l'agir dans le silence de ce champs magnétique lié à des souffrances intérieures, des souffrances d'antan qui interfèrent dans cette volonté de se poser dans une sphère de relations authentiques, c'est parvenir à aligner dans un courant de pensées intoxiquées par le poids des tourments, une perception autre, intemporelle, qui peut permettre à l'Amour d'opérer ses mutations, c'est ne pas avoir à maintenir les fleurs de cet Amour dans un vase sans eau, car l'essentiel ne concerne pas le faire-le surfaire mais peut-être juste le seul fait d'être...

 

 

"On ne peut comprendre la Vie qu'en regardant en arrière. On ne peut la vivre qu'en regardant en avant..."

 

Sören KIERKEGAARD

 


07-01-2013

Retour aux articles d'Elisabeth