Mes écrits

CARL GUSTAV JUNG "Fondateur de la psychologie analytique..."

"Mes livres, disait Jung dans Ma Vie, sont l'expression de mon développement intérieur. Tous mes écrits me furent imposés de l'intérieur. Ils naquirent sous la pression d'un destin. Cela m'a fondu dessus du dedans de moi-même. J'ai prêté parole à l'esprit qui m'agitait".

Mais il ajoutait, "dans Correspondance " écrivant un an avant sa mort au diplomate Beat Von Fischer " l'oeuvre d'une vie est un bateau que l'on a construit, équipé, mis à l'eau, confié à la mer, puis quitté comme un passager qui assis sur le rivage, le regarde poursuivre sa route jusqu'à le perdre de vue. Ce qui demeure, c'est ce qui a été...".

 

 

On a souvent prétendu que tout homme qui réfléchit sur le monde, sur l'humanité, le devenir et sur lui-même fait de la philosophie.

Jung ne se contentait pas d'exercer en tant que médecin en psychiatrie c'était un philosophe avant tout, sa curiosité était sans limite. Son pouvoir de concentration lui permettait de plonger dans des domaines bien spécifiques qui le fascinait, tant la médecine, la psychiatrie, la philosophie,l'ethnologie, l'écriture...

La psychanalyse jungienne reste une voie des profondeurs qui considère l'Etre humain en tant que "JE" tant au coeur de son histoire, de son intérieur, de sa lignée familiale. Elle ne peut se comprendre hors de cette notion de totalité envers l'individu.

La pensée de Jung suit un développement organique, une courbe harmonieuse qui englobe corps et esprit. Il démontre dans ses recherches combien le jeu dynamique entre le Moi et l'Inconscient constitue le flux et le reflux fondamental de la Vie. Il cite :

"Le vrai danger vient de l'homme lui-même, des profondeurs obscures de son psychisme...".

 

Rendre accessible de ce qui relève de l'âme, de ses découvertes fut indéniablement pour Jung l'un des plus grands mouvements de la pensée psychanalytique. Il décerne les complexes psychologiques et se consacre toute sa Vie durant aux éléments essentiels du psychisme qui se diversifient, piliers de sa pensée. C'est ce lien à l'inconscient, de mélis-mélos ignorés mais brûlants, de sensations et de besoins, de noeuds contraignants "d'idées-d'émotions-d'imaginations-d'illusions" que Jung apportera en dot à Freud.

L'Œuvre de Carl Gustav Jung relate d'une étonnante ouverture du monde de la psyché qui repose essentiellement sur des vérités, vérités sur cette recherche d'équilibre entre la conscience et l'inconscient "collectif-individuel...".

 

 

 

"Jung disait la vérité...C'est même son tort, il ne disait que ça..."

LACAN

20-09-2012

Retour aux articles d'Elisabeth